les villes de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël, et dont l’origine remonte aux temps anciens, aux jours de l’éternité.

Ces paroles du prophète Michée, cette promesse d’un roi-Sauveur venant de la petite ville de Bethléhem, ont une résonance particulière pour nous qui connaissons les circonstances de la naissance de Jésus-Christ. Le prophète Michée était un con­tempo­rain du prophète Esaïe et exerçait son ministère entre 740 et 700 avant J.C. Il ignorait probablement la portée de sa prophétie, quoiqu’il connaisse sans doute la promesse d’un roi qui surgira de la maison de David.

Remontons aux jours qui précèdent la venue de Jésus-Christ. Israël souffre sous l’occupa­tion de l’Empire romain, et le peuple ressent le besoin urgent d’un libérateur politique. Les scribes scrutent les Ecritures afin de savoir d’où leur viendra ce sauveur, pendant qu’à Bethléhem – à l’insu de la multitude – Marie met au monde son fils Jésus.

C’est en ce contexte que le récit de Matthieu 2.1-6 se situe: « Jésus étant né à Bethléhem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem, et dirent: Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer. Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les principaux sacrifica­teurs et les scribes du peuple, et il s’informa auprès d’eux où devait naître le Christ. Ils lui dirent: A Bethléhem en Judée; car voici ce qui a été écrit par le prophète:
Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple. »
 
Les sacrificateurs et les scribes et le peuple savaient que le Sauveur, le Roi sortant de la maison de David, devait naître à Béthlehem, mais comme ils attendaient un homme fort, une puissance terrestre, un pouvoir politique, ils ne l’ont pas reconnu. Il fallait que des mages d’Orient – des occultistes – arrivent pour le chercher et l’adorer. Ils vont trouver Jésus à Bethléhem – un enfant qui n’a même pas deux ans.
Cela nous fait penser au paroles de Jésus: « Mon royaume n’est pas de ce monde. » Aussi, nous nous rappelons de la prophétie en Esaïe 9.5:
Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

Sa Puissance surpasse tous les pouvoirs de ce monde !