Sous ce titre, vous découvrirez un texte que vous apprécierez de différentes façons, selon que vous êtes isolés, loin d’une assemblée, ou troublés à cause de relations difficiles avec une église, ou encore découragés par toutes vos tentatives de vous réunir avec des frères et sœurs en Christ. Il se peut enfin, que vous viviez votre vie d’église sans difficulté.

Mais il y a une réalité indiscutable : Christ a aimé l’Eglise

L’Église ou plutôt les églises ont toujours fait l’objet de beaucoup de critiques, de contestations et hélas de rejet. Ceci est dû, je pense au fait qu’ici bas nous n’arrivons pas à la perfection, tout en essayant de l’atteindre.

Un autre raison est que les églises aujourd’hui ne ressemblent pas au modèle du Nouveau Testament, dans leur structure, leur administration et même leur composition.

Enfin, une dernière raison c’est leur éparpillement dans de nombreuses dénominations, allant de l’église autonome et indépendante, jusqu’à l’appartenance à des fédérations et mouvements très hiérarchisés, en passant bien sûr par toutes les formes d’unions d’églises.

Sur la terre, l’Église en général et les églises en particulier possèdent les caractéristiques des personnes qui les composent, qu’elles aient des centaines de membres ou seulement deux ou trois, nous n’échapperons pas à cette évidence : les églises sont imparfaites parce que ceux qui les composent son imparfaits.

Ceci ne veut pas dire que nous devons nous contenter de cette situation et ne rien dire, ni ne rien faire pour améliorer les choses. Au contraire nous devons progresser vers la perfection et tout mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs que le Seigneur lui-même a fixé à SON ÉGLISE.

Éphésiens 4.11/16 Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ.
C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-même dans la charité.

J’ai déjà, lors d’études précédentes, beaucoup parlé de l’église, maison de Dieu. Maintenant, j’aimerais amener les uns et les autres à considérer la nécessité et notre besoin d’églises, c’est à dire : d’assemblées « hors de » ou à part (sanctifiées) comme le précise le mot grec d’origine « ecclésia »

Je l’ai déjà dit, le Seigneur ne nous a pas sauvés pour nous laisser isolés dans le monde. Il ajoute à l’Église ceux qui sont sauvés, et pas seulement à l’Église universelle, mais aussi aux églises locales.

Dès le commencement il en a été ainsi. Les nouveaux disciples de Christ, se rassemblaient et formaient des assemblées, des églises, dont le caractère et la nature se distinguaient des habitudes des incroyants. C’était des ecclésia, « assemblées hors de », à part, sanctifiées pour Dieu, vivant leur foi au milieu d’un monde hostile et ennemi de Dieu, par sa mentalité et ses œuvres.

Et ceci, à tel point qu’à Antioche, on appela ces disciples réunis en assemblées « les chrétiens », peut-être comme un sobriquet, les ridiculisant, mais aussi je pense parce que leur comportement de piété et de séparation des péchés communs dans le monde, faisait la différence et apparaissait comme une condamnation pour ceux qui continuaient de vivre en pratiquant le mal.

Le Seigneur a voulu, dès le commencement, que ceux qu croyaient en LUI, se réunissent et il leur promet sa présence.

Matthieu 18.19/20 Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.

Il en a été ainsi dès le début, à Jérusalem et par la suite :

Ceux qui acceptaient la Parole de Dieu, se repentaient et se faisaient baptiser. Ils devenaient des disciples du Seigneur, selon les paroles mêmes de Jésus :

Allez chez tous les peuples pour que les gens deviennent mes disciples.
Baptisez-les au nom du Père, du Fils et de l’Esprit Saint.
Apprenez-leur à obéir à tous les commandements que je vous ai donnés.
Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.  Matthieu 28.19/20

Et puis ils « persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. » Actes 2.42

Il est important de comprendre l’utilité pour les disciples du Seigneur (je préfère le terme disciples à celui de chrétiens qui ne veut plus dire grand chose) de ces quatre éléments :

  • l’enseignement de la Parole de Dieu,
  • la communion fraternelle,
  • la participation à la cène, le repas du Seigneur,
  • les réunions de prières.

D’où vient qu’aujourd’hui beaucoup se détournent des églises ? Ne serait-ce pas parce que au lieu d’y trouver une bonne nourriture

Une bonne nourriture (Bethléem : la maison du pain). A ce propos, sans être excessivement pessimistes, écoutons le prophète Joël 1.16

La nourriture n’est-elle pas enlevée sous nos yeux? La joie et l’allégresse n’ont-elles pas disparu de la maison de notre Dieu?
Les semences ont séché sous les mottes; les greniers sont vides, les magasins sont en ruines, car il n’y a point de blé.

la guérison (Bethesda : maison de miséricorde…), l’amour réciproque, ils y ont été au contraire très blessés, selon ce que dit le prophète :

Et si quelqu’un lui demande: « Ces blessures sur ta poitrine, qu’est-ce que ­c’est? » il répondra: « J’ai été blessé dans la maison de mes amis. »  Zacharie 13:6

Normalement, celui qui devrait diriger par priorité dans les églises, c’est le Saint-Esprit, « le Consolateur », celui qui conseille, qui relève, qui guérit, qui console, qui assiste et qui fait tellement de choses encore.  C’est certainement parce que des hommes prennent la place du Saint-Esprit, que certaines églises aujourd’hui, ne sont plus la maison du pain, la maison de miséricorde, la maison de la communion, la maison de prière, la maison de Dieu.

Mais heureusement, il existe encore de nombreuses assemblées où l’on permet à l’Esprit de Dieu de remplir pleinement son ministère. Elles ne sont pas parfaites et ceux qui les dirigent ne le sont pas non plus. C’est pour cela qu’il nous faut aussi être miséricordieux envers nos frères et nos sœurs qui sont des êtres humains de la même nature que nous.

Je suis toujours triste, lorsque je vois des enfants de Dieu vivant leur vie de disciples de Jésus-Christ à l’extérieur des églises.

Christ a aimé l’Église. Il a donné sa vie pour elle, afin qu’elle soit sainte: il l’a rendue pure par l’eau et par la Parole. Il a voulu que l’Église se présente devant lui pleine de gloire, sans tache, sans ride, sans aucun défaut. Il a voulu qu’elle soit sainte et sans reproche.           Éphésiens 5.25/27

Le Seigneur Jésus Christ est plus conscient que nous des besoins de ses églises et ce n’est pas parce qu’ils les aiment qu’il les approuve toujours et ne les blâme pas. Souvenez vous des lettres aux églises de l’Apocalypse : ce que j’ai contre toi…Repens-toi donc…etc. Apoc.2 et 3.

J’ai découvert ou redécouvert, il y a quelques temps, que ce n’est pas parce que nous aimons quelqu’un que nous devons toujours l’excuser et ce n’est pas parce que nous ne l’approuvons pas et le reprenons que nous ne l’aimons pas. Mais lorsque nous aimons, la désapprobation et la répréhension  s’enveloppent d’un esprit de paix, de douceur et de miséricorde.

J’écoutais un dimanche matin dans une église parisienne, un prédicateur qui a commencé son message par 1 Corinthiens 13 et qui l’a construit autour d’Éphésiens 6.10 à 19.

Alors j’ai réalisé que si nous devons nous revêtir d’amour pour nos frères et sœurs, malgré leurs imperfections, nous devons être d’une énergie implacable contre nos véritables ennemis : les dominations, les autorités, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits méchants dans les lieux célestes. (Éphésiens 6.12)

Nous n’avons pas à lutter contre des personnes humaines, à faire la guerre à ceux qui comme nous sont des êtres faibles et perfectibles, mais nous avons a faire la guerre à l’armée de Satan.

C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

J’ai alors trouvé que ces deux passages, qui apparemment n’étaient pas forcément liés, se complétaient au contraire très bien.

Le frère qui prêchait n’était pas un pasteur selon les critères habituels. C’était un homme en retraite qui était parmi les responsables d’une autre église de la région parisienne. Hé bien ! chers amis, j’étais heureux d’être ce jour là dans une église du Seigneur qui m’a exhorté par son serviteur.

Le dimanche précédent, nous nous sommes trouvés avec mon épouse, dans une église tzigane. C’était un jeune prédicateur qui annonçait la Parole de Dieu. Il était rempli du Saint-Esprit et sa prédication nous a profondément touchés. Il parlait de l’homme Néhémie, qui a entraîné son peuple à reconstruire les murailles de Jérusalem, malgré l’opposition des ennemis.

Oui nous avons besoin des églises et parmi elles d’hommes de Dieu, qui apportent le message de Dieu par le Saint-Esprit. Nous avons besoins de frères et de sœurs qui s’efforcent de reconstruire les murailles des églises, réparant les brèches et  restaurant  les portes.

Bien sûr, vous avez compris que je ne parle pas ici de « l’église institution », avec ses locaux, sa liturgie, ses fonctions établies; mais des assemblées grandes ou petites, qui se forment au nom du Seigneur et dans lesquelles les ministères et les dons du Seigneur opèrent sous la direction du Saint-Esprit.

Une église commence avec « deux ou trois qui se rassemblent au nom du Seigneur, dans un local loué ou acheté à cet effet ou dans une maison », elle peut demeurer petite ou croître en quantité, selon la pensée de Dieu et l’accès qu’elle trouve auprès des personnes qui l’environnent. »

Quelques soient leur taille, leur richesse ou leur pauvreté, leur nationalité ou leur appartenance à une dénomination, les églises du Seigneur ressemblent à celles dont il est question en Apocalypse 2 et 3.

Elles doivent accepter les blâmes, les exhortations de l’Esprit qui leur parle, afin d’être dans le monde ces chandeliers qui brillent, pour le témoignage à rendre au Chef de l’Église, notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ.

S’il vous plait, aimez l’Église, priez pour les églises et pour ceux que le Seigneur suscite en leur sein pour enseigner sa Parole et paître son troupeau.

C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix;           prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.

Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.

Priez pour moi, afin qu’il me soit donné, quand j’ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l’Évangile…et que j’en parle avec assurance comme je dois en parler. Éphésiens 6.13/19

Pasteur Léopold Guyot