Le Psaume du caractère

Éternel ! qui séjournera dans ta tente ? Qui demeurera sur ta montagne sainte ?

Psaume 15:1

Le reste du psaume contient les réponses à ces questions. Le psalmiste David énumère onze caractéristiques des personnes qui demeureront sur la montagne sainte de Dieu. Si nous voulons y demeurer, nous devons avoir ces caractéristiques. Rappelez-vous qu’elles sont produites par la grâce, mais une grâce qui oeuvre.

Regardons maintenant à ces points concernant la personne qui demeurera sur la montagne sainte de Dieu. Je tiens à vous suggérer à l’avance qu’ils sont la réponse à la déontologie chrétienne. Si nous pratiquons ces onze points, nous n’aurons pas de crises déontologiques dans l’Eglise.

1. Celui qui marche dans l’intégrité (verset 2).

2. qui pratique la justice (verset 2). Il ne fait pas que prêcher; il le pratique.

3. qui dit la vérité selon son cœur (verset 2). Ce qui sort de sa bouche est ce qui est dans son cœur. Il ne dit pas une chose avec sa bouche en ayant autre chose dans son cœur.

4. Il ne calomnie pas de sa langue (verset 3). Il ne parle pas contre d’autres personnes derrière leur dos. Quelqu’un a dit que de nombreux ministres chrétiens sont blessés derrière leur dos. C’est d’autres chrétiens qui les ont blessés.

5. Il ne fait pas de mal à son prochain (verset 3).

6. Il ne jette pas le déshonneur sur ses proches (verset 3) ou son ami. En d’autres termes, si vous essayez de lui dire quelque chose de mauvais au sujet de son ami, il ne vous écoutera pas. Il n’en parlera pas. Il n’ira pas raconter autour de lui: « Vous savez ce que j’ai entendu sur untel et untel? » C’est l’un des points les plus importants de la déontologie chrétienne.

7. Il repousse celui qui est méprisable à ses yeux (verset 4). Ceci est très intéressant: il ne s’incline pas devant les méchants. Ce peut être une personne très importante en politique ou même dans l’église. Mais s’il est méprisable, il est repoussé par cet homme.

8. Il honore ceux qui craignent l’Eternel (verset 4). Il montre du respect pour tous les enfants de Dieu, même ceux qui pourraient sembler sans importance. Il traite tout le monde avec respect.

9. Il ne se rétracte pas, s’il fait un serment à son préjudice (verset 4). S’il prend un engagement, il le respecte, même si cela peut être à son propre détriment.

10. Il ne prête pas son argent à intérêt (verset 5). Il ne prend pas d’usure (intérêt) à quelqu’un qui lui a emprunté de l’argent. Si un frère dans le Seigneur me dit: « J’ai besoin d’un peu d’argent. Pouvez-vous m’aider? « Ce serait très mal de ma part de lui compter des intérêts. Cela reviendrais à profiter de ses difficultés.

11. Il n’accepte pas de présent contre l’innocent (verset 5). Vous ne pouvez pas l’acheter pour faire quelque chose contre une personne innocente.

A la fin se trouve cette promesse: « Celui qui agit ainsi ne chancellera jamais » (verset 5). Une telle personne est inébranlable. Si tous les anciens de l’Église étaient ainsi, il n’y aurait pas de problèmes dans l’Eglise. Pour autant que je sache, ils peuvent l’être. Psaume 15 est la réponse à la déontologie chrétienne. Vous n’avez pas besoin d’aller plus loin que cela.

Orgueil ou humilité

Pour en revenir au Nouveau Testament, nous lisons dans Colossiens:

Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. Quand le Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec Lui dans la gloire. Faites donc mourir votre nature terrestre: l’inconduite, l’impureté, les passions, les mauvais désirs et la cupidité qui est une idolâtrie.  Colossiens 3:3-5

Comment et où mourrons-nous? La réponse à cette question est: sur la croix.

Christ est notre vie. Il est important de savoir que c’est une vie qui ne peut pas être détruite. Il ne peut pas être éteint. Il est invincible et il continuera à jamais. Mais dans le verset 5 nous obtenons un donc, et je le dis toujours, « Quand vous trouvez un donc dans la Bible, vous devez trouver pour qu’elle raison il est là. »

Vous êtes morts, mais Paul dit: « Maintenant, faites mourir votre nature terrestre. » En d’autres termes, vous devez les garder morts. Ce ne sera pas juste une simple expérience, mais une vie de discipline continuelle.

Passons maintenant à Philippiens:

S’il y a donc quelque consolation en Christ, s’il y a quelque encouragement dans l’amour, s’il y a quelque communion de l’Esprit, s’il y a quelque c compassion et quelque miséricorde, mettez le comble à ma joie afin d’avoir une même pensée ; ayez un même amour, une même âme, une seule pensée ; ne faites rien par rivalité ou par vaine gloire, mais dans l’humilité, estimez les autres supérieurs à vous–mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. Philippiens 2:1-4

Ici, Paul décrit notre attitude si nous voulons maintenir l’unité dans le Corps de Christ. Il utilise plusieurs termes différents, mais à mon avis, il y en a un qui recouvre tout. C’est l’humilité. L’humilité est la clé de l’unité.

Dans Proverbes 13:10, la première moitié du verset dit: « C’est seulement par orgueil qu’on excite des querelles.   .   . « (LSG). Quelle est la cause de discorde en un mot? L’orgueil! Donc la solution est tout le contraire: l’humilité! Et la Bible ne dit jamais que Dieu nous rendra humbles. La Bible nous dit toujours de nous humilier. C’est quelque chose que nous devons faire par nous-mêmes.

Retournons à Philippiens 2:3:

Ne faites rien par rivalité ou par vaine gloire, mais dans l’humilité, estimez les autres supérieurs à vous–mêmes.

À mon avis, le seul et unique problème dans l’Église est l’ambition égoïste. Le but de l’ambition personnelle est pour moi de réussir, pour moi de construire une grande église ou d’avoir de grandes réunions. Il est centré sur « moi». L’église contemporaine dans certains endroits est pleine d’ambition égoïste.

Les relations sont essentielles

Parlons un peu maintenant des relations personnelles dans le Corps de Christ. Le christianisme est essentiellement une religion de bonnes relations, et non une bonne doctrine. Vous pouvez avoir la bonne doctrine et de mauvaises relations.

Nous, chrétiens, passons parfois trop de temps sur la doctrine. Nous sommes très précis sur certains points de doctrine. Si certains n’ont pas exactement la même doctrine que nous, nous disons que nous ne pouvons pas avoir de communion avec eux.

Après tout, l’Evangile n’est pas un ensemble de règles. Ce n’est pas un exposé sur Dieu. Votre relation avec Dieu ne vient pas à travers la connaissance sur Dieu. L’Evangile est conçu pour nous amener dans une bonne relation avec Dieu. Si nous connaissons tous les faits au sujet de l’Evangile, mais n’avons pas de relation avec Dieu, il n’a pas atteint son but. Toute prédication de l’Evangile qui ne produit pas cela est une catastrophe. Les relations sont très importantes.

Maintenant, je veux aborder un passage où Jésus parle de la façon de maintenir de bonnes relations. Il commence dans Matthieu 18:15-17.

Si ton frère a péché, va et reprends-le seul à seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. Mais s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux (personnes), afin que toute l’affaire se règle sur la parole de deux ou trois témoins. Et s’il refuse de les écouter, dis-le à l’Eglise ; et s’il refuse aussi d’écouter l’Église, qu’il soit pour toi comme un païen et un péager.

Si possible, réglez ces situations sans impliquer quelqu’un d’autre. Mais si vous ne pouvez pas résoudre le problème avec lui seul, prenez deux ou trois autres comme témoins de ce qui se dit.

Il y a trois étapes. D’abord, allez vers votre frère tout seul, sur une base individuelle. Si vous pouvez le régler, alors vous n’avez pas besoin d’aller plus loin. Mais, si vous ne pouvez pas le régler, alors prenez deux ou trois témoins dignes de foi afin qu’il y ait une trace de ce qui a été dit. Enfin, troisièmement, si cela n’a rien réglé, apportez cela devant toute l’église. La décision de l’église doit être appliquée. S’il ne veut pas écouter l’église, alors il ne faut pas le traiter comme un frère plus longtemps. Il a perdu le droit d’être appelé un croyant.

Cela rend l’église très importante, n’est-ce pas? Je me demande souvent si certaines églises sont dans un état qui leur permet d’agir ainsi.

La puissance de l’harmonie

Jésus continue aux versets 19 et 20:

En vérité je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander quoi que ce soit, cela leur sera donné par mon Père qui est dans les cieux.

Le terme s’accorder se traduit par un « commun accord», mais c’est un terme musical. C’est le terme grec qui donne le mot symphonie. Il parle de l’harmonie et pas seulement d’un accord intellectuel, mais d’être dans le même esprit avec quelqu’un. Jésus dit une chose étonnante: « Si deux d’entre vous peuvent s’harmoniser sur la terre dans tout ce qu’ils demandent, cela sera fait pour eux. » C’est une déclaration étonnante, n’est-ce pas?

Quelles sont les deux personnes les plus évidentes qui devraient être en harmonie? Le mari et la femme. Je remercie Dieu que j’ai eu cette relation à la fois avec ma première femme et avec ma femme actuelle. Fondamentalement, quand nous prions, nous prions basés sur l’harmonie. Dieu nous a parlé tout récemment et nous a dit: « Si vous pouvez maintenir l’harmonie entre vous, il n’y aura pas de forteresse de Satan qui pourra vous résister. » Donc, je m’adresse à ceux d’entre vous qui sont mariés: Cultivez l’harmonie avec votre conjoint.

Jésus dit au verset 20:

Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.

C’est l’unité de base de l’église, deux ou trois réunis « dans le nom de Jésus. » Et c’est dans, non pas en. En d’autres termes, le point de rencontre est le nom de Jésus. Le nom de Jésus représente Jésus. Donc, nous ne nous rassemblons pas autour d’une doctrine. Nous ne rassemblons pas autour d’une expérience. Nous rassemblons autour de la Personne. C’est l’unité de base de l’Eglise: deux ou trois rassemblés dans le nom de Jésus.

Puis nous retournons au verset 18.

En vérité je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.

C’est une autorité tellement considérable qu’il nous est difficile d’y croire. Il dit: « Tout ce que nous avons lié sur la terre sera comme ayant été lié dans les cieux. » Quand vous liez sur la terre, c’est déjà lié dans les cieux. Et quand vous déliez sur la terre, c’est déjà délié dans les cieux. Dans un certain sens, l’autorité des cieux nous est confiés à nous en tant que croyants.

Mais attention, c’est nous qui devons le faire. J’ai souvent entendu des chrétiens prier et dire: « Dieu, lie ceci ou lie cela » Ce n’est pas ce que dit la Bible. Dieu dit, « Vous liez le en mon nom. » Nous devons avoir la foi et le courage de le faire. Alors, quand nous l’avons lié sur la terre, il est déjà lié dans les cieux.

Dieu, notre Père

J’ai encore une chose à dire. Tout d’abord, je tiens à donner un témoignage d’une expérience personnelle.

Récemment, ma femme et moi étions, comme d’habitude, en train de prier assis dans le lit le matin. Je sentais mon corps remué par une puissance. C’était comme si cela passait de mes pieds à mes jambes, à travers tout mon corps. Mon corps entier a été secoué par cette puissance. Ruth m’a dit plus tard que mon visage était devenu rouge brillant.

Ce n’était pas quelque chose en rapport avec ce que nous avions pensé ou prié. C’est venu spontanément de Dieu. J’ai eu l’impression qu’il y avait un bras tendu vers ma tête en essayant d’imposer une calotte noire sur ma tête. J’ai eu l’impression que cela avait quelque chose à voir avec le fait que je suis né en Inde. C’est juste mon impression, mais c’était comme si l’un des dieux indous avait essayé de prendre le contrôle sur moi. Cette main a été retirée, et j’ai été libéré de tout cela, et j’ai eu une révélation de Dieu comme mon Père.

Bien sûr, je croyais en Dieu comme mon Père depuis de nombreuses années. J’avais même prêché une série de messages sur connaître Dieu en tant que Père. Je le savais de façon doctrinale, mais là, c’était différent. Il s’agissait d’une relation personnelle avec Dieu comme mon Père.

J’ai eu un très bon père, qui était un officier de l’armée. C’était un homme bon, et il entretenait bien ma mère et moi, mais il n’avait aucune idée de ce qu’était être un père. J’ai grandi sans jamais savoir ce que c’était d’avoir un père. Soudain, de façon inattendue, j’ai eu cette révélation de Dieu comme mon Père et une relation personnelle avec Lui. Cela a vraiment produit un grand changement personnel en moi. Je ressentais une nouvelle sécurité. Mon but dans la vie était de plaire à mon Père. Ma sécurité était que mon Père m’aimait.

Je crois que c’est ce que la foi chrétienne devrait être. Mais voyez-vous, il m’a donné une telle sécurité. Je n’avais pas à me justifier. Je n’avais pas besoin de réussir. Tout ce que j’avais à faire était de plaire à mon Père. Et je n’avais pas à m’inquiéter d’où viendrait l’argent ou d’autres besoins matériels. Je savais juste que Dieu était mon Père et qu’Il m’aime. Et j’ai réalisé que c’est la façon dont Jésus a vécu sur la terre.

Il a dit, « Je fais toujours les choses qui plaisent à mon Père» (Jean 8:29 traduit). Sa motivation n’était pas le succès. Quand il a réussi, il ne s’est pas enflé d’orgueil. Et quand il a été abandonné par les gens, il n’a pas déprimé, car sa paix ne dépend pas de cela mais de plaire à son Père.

Au cours des années, j’ai vu beaucoup de ministres chrétiens qui sont très angoissés parce que leur sécurité dépend de la réussite. S’ils ont construit une grande église, alors ils se sentent sécurisés. Mais alors, si l’église se divise et qu’ils se retrouvent avec seulement quelques personnes, leur sécurité a disparu.

J’ai un point de vue tout à fait différent de la vie. Pour moi, réussir est plaire à mon Père. Et la sécurité est de savoir que je suis aimé de mon Père. Je crois que c’est ce que l’Evangile est censé produire. Je crois que c’est vraiment la façon dont Dieu veut que nous vivions. Je crois que c’est la réponse à toute la question des relations chrétiennes. Si nous avons notre juste relation avec le Père, toutes les autres relations se mettront en place.