Dans la société de nos temps, la mort a été écarté de notre vue. On sait que tous vont mourir un jour, mais on fait tout pour ne pas y penser. D’un côté, c’est biblique d’aimer la vie, car nous avons été créés pour vivre éternellement. Déjà l’auteur du livre d’Ecclésiaste, le roi Salomon, nous dit que Dieu a mis dans nos cœurs la pensée de l’éternité (Ec. 3,11). Nous sommes créés pour vivre éternellement !

Alors pourquoi la mort physique? C’est le péché adamique qui nous a chassé du paradis de la vie éternelle, car le salaire du péché est la mort.

Il est bien de nous arrêter un moment pour penser à la fin de nos jours sur terre. Dans une prière en Psaumes 39,5, David dit : « Eternel! dis-moi quel est le terme de ma vie, quelle est la mesure de mes jours; que je sache combien je suis fragile. »

C’est en méditant sur notre existence ici sur terre que nous comprendrons bien le plan rédempteur que Dieu a préparé pour nous en Jésus-Christ pour nous ramener à notre destinée authentique, la vie sans fin, la vie abondante, la vie éternelle.

En Jean 3,16, il nous est dit que Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Sans la vie éternelle, la foi chrétienne n’a aucun sens.

L’apôtre Paul nous dit en 1Corintiens 15,19-22: „Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ. “

 Qui seront ceux qui revivront en Christ ? Jésus lui-même nous donne la réponse en Jean 8,51 : „En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.“